Skip to content

Retour sur Bâle

juillet 30, 2011

La plus belle Suisse à Art Basel est d’un artiste suisse et elle parle d’immigration. Petrit Halilaj est né au Kosovo. Pour la Foire de Bâle, il a transporté 55 mètres cubes de terre de Kostërrc depuis la colline ancestrale de sa famille jusqu’à Bâle.

Peut-on emmener sa terre avec soi quand on immigre ? Quelle blessure est plus sanglante, la blessure intérieure qui consiste à laisser la terre derrière soi ou la blessure de la terre abandonnée que l’on essaie d’emmener ?
Est-il possible de donner à sa terre, au fond de sa poche, un nouvelle identité ? Peut-on transporter son territoire autrement qu’en l’incarnant, autrement qu’avec la mémoire ?

La pièce de Halilaj est simple, puissante, profondément émouvante. La plus belle pièce de la foire de Bâle et la plus belle pièce sur l’immigration que j’aurai eu le bonheur d’admirer depuis longtemps.
Lunettes rouges partage….
A installer absolument, sous la coupole du Conseil national. Elle devrait en faire réfléchir plus d’un, de ceux qui savent ce que “terre” veut dire.


Publié dans Les Quotidiennes le 27 Juillet 2011

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s