Skip to content

LES PÉRIPHÉRIQUES COMME DES HALOS DE LIBERTÉ ou GUSTAVE COURBET EST INNOCENT !

juin 25, 2014

Exposition jusqu’au 12 juillet 2014
Cocktail demain 26 juin à 18h chez Colette
Rue Saint Honoré Paris
 

INVITE-cocktail_colette_Robert-Montgomery_EachxOther_June26_2

L’artiste britannique Robert Montgomery travaille avec les mots, poussant la tradition de l’art textuel à la lisière de la poésie. Ses oeuvres-poèmes tour à tour investissent l’espace public à travers de monumentales installations lumineuses, sont enflammées lors de performances nocturnes, ou bien encore disséminées à l’intérieur d’espaces publicitaires selon une technique de guérilla. L’œuvre de Robert Montgomery touche souvent à l’histoire des villes et des lieux. Pour son exposition chez Colette, pilotée par Jenny Mannerheim qui, la première, a montré Robert Montgomery à Paris, dans la galerie Nuke, l’artiste propose notamment une œuvre inédite inspirée de Courbet.

En effet, en 1871, Courbet publie une tribune dans le Journal Officiel de la Commune de Paris selon laquelle la colonne Vendôme constitue un symbole de guerre, de conflit et d’impérialisme. Courbet écrit que la colonne – construite avec le bronze de canons issus des batailles de Napoléon – n’a pas sa place «rue de la Paix» et doit, par conséquent, être anéantie. Le 16 mai 1871, les Communards détruisent la colonne, et Courbet prend le blâme pour avoir oser rêver l’idée sur papier. Il est sévèrement condamné à 6 mois de prison pour le contenu de sa tribune. Mais le pire reste à venir. La colonne est refaite en 1874. Le président Mac-Mahon persécute alors Courbet, exigeant qu’il règle le montant titanesque de 323 091 Francs ( environ 1 300 000 € ) pour la reconstruction. Cette seconde sentence ruine Courbet, l’obligeant à quitter la France pour la Suisse, où il termine ses jours en homme pauvre et exilé.

Robert Montgomery nous invite à interroger la signification de nos monuments et la configuration de nos villes. Ainsi, le poème de l’œuvre lumineuse centrale de l’exposition fait écho à la critique de Courbet de la colonne Vendôme en tant que symbole de puissance imposée, en nous invitant à reconsidérer le périphérique, souvent déprécié, comme un espace symbolique dont il faut inverser les valeurs pour se le réapproprier comme lieu de liberté.

“PILES OF DIRT AND GLASS YOU WALK UPON AND THE KINGS ARE DUST UNDER YOUR FEET NOW AND OUR CITIES HAVE PÉRIPHÉRIQUES LIKE HALOS WHERE THEY ONCE HAD CASTLE WALLS LIKE PRISONS“

Le travail de Robert Montgomery est souvent traversé par une interrogation sur la paix et la liberté dans nos villes – un thème qu’il a notamment exploré dans des projets à l’aéroport Templehof de Berlin et au Trafalgar square de Londres ainsi qu’avec une version initiale de cette œuvre dans l’exposition “Quand l’Art Prend la Ville” (Paris, 2013). La Cité ? Une propriété collective.

Par ailleurs, EACH x OTHER, dont Jenny Mannerheim est co-créatrice, fonctionne comme une véritable “Maison d’éditions” et produit aussi des multiples d’artistes, des livres, des objets de design et de mode. En parallèle à l’exposition de Montgomery chez Colette en juin et juillet, EACH x OTHER présentera les Éditions d’Art de Robert Montgomery en dialogue avec une collection de mode inspirée de son travail et de son univers poétique. Ces Éditions d’Art, ces Multiples, permettent à chacun de s’approprier les pensées et les visions des artistes qu’ils admirent. Il est important, pour Robert Montgomery comme pour EACH x OTHER, de présenter ces œuvres  en dehors des circuits culturels classiques et de privilégier des espaces hybrides pour que la pensée poétique de l’artiste diffuse le plus largement possible, du cœur de Paris jusqu’aux lieux les plus reculés que seuls la Toile englobe.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s