Skip to content

À L’OMBRE D’ÉROS

juin 18, 2015

Une nouvelle exposition de Marie Deparis-Yafil

Vernissage le vendredi 19 juin 2015 au Monastère Royal de BrouCapture d’écran 2015-06-18 à 19.28.12

Artistes présentés : Marina Abramovic, Gregory Abou, Pilar Albarracin, Ghada Amer, Thierry Arensma, Lola B Deswarte, Gilles Barbier, Raed Bawayah, Ghyslain Bertholon, Louise Bourgeois, Dinos & Jake Chapman, Arnaud Cohen, John Coplans, Nathalie Déposé, Jessy Deshais, Laurent Esquerré, Tarik Essalhi, Dimitri Fagbohoun, mounir fatmi, Régis Figarol, Nan Goldin, Susanna Hesselberg, Naji Kamouche, Sylvie Kaptur-Gintz, Majida Khattari, Sandra Krasker, Estelle Lagarde, Christophe Lambert, Julie Legrand, Myriam Mechita, Jan Van Oost, Joël Paubel, Laurent Pernot, Piet.So & Peter Keene, Marie- Hélène Richard, Mathilde Roussel, Werner Reiterer, Mathilde Roussel, Lionel Sabatté, Richard Serra, Michaela Spiegel, Mai Tabakian, Stéphane Thidet, Yveline Tropéa, Alex Van Gelder, Kamel Yahiaoui, Zevs, Brigitte Zieger.

L’exposition À l’ombre d’Éros – l’amour, la mort, la vie ! s’enracine dans l’histoire du monastère royal de Brou, monument funéraire, mais aussi preuve d’amour au-delà de la mort. Il incarne comme jamais Éros et Thanatos, ces deux mouvement essentiels de notre vie et de l’histoire de l’humanité, à la fois opposés et complémentaires. Ces questions universelles, présentes dans toute l’histoire de l’art, sont revisitées à la lumière de notre modernité par 50 artistes contemporains. Par leur intermédiaire, le visiteur est invité à un récit initiatique, le conduisant de la naissance à l’amour, qu’il soit conjugal, amical, filial ou universel, de la maturité à la mort, qu’elle soit due à la vieillesse, la maladie, la guerre, vers l’espoir d’une possible résurrection.

L’ensemble du monastère royal de Brou est investi à cette occasion. Le dialogue induit entre ce chef d’œuvre du XVIe siècle et des créations des XXe et XXIe, permet sa (re)découverte. Qu’il s’agisse de contraste ou de confrontation, d’association ou de parfaite intégration, le visiteur est invité au gré du parcours à porter un nouveau regard sur le lieu. Les œuvres réalisées in situ entrent admirablement en résonance avec le monument : À l’ombre d’Éros et de Psyche de Joël Paubel, renvoyant les sculptures de Richard Serra dans le 2nd cloître aux tombeaux qui les ont inspirés, L’Envolée de Marie-Hélène Richard dans le 3e cloître et enfin,Rose à l’enfant- Gisants de Julie Legrand dans le réfectoire. Le dialogue se poursuit dans les collections du musée avec notamment L’Escarpolette de Piet.So et Peter Keene, hommage à la célèbre balançoire de Fragonard, ou encore les trois miniatures libertines de Ghyslain Bertholon revisitant le mythe de Léda et le cygne.

Pour plus d’informations, cliquer ici.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s