Skip to content

DUO – DUEL RACHEL LABASTIE & MARO MICHALAKAKOS

septembre 1, 2015

Vernissage le jeudi 3 septembre 2015 dès 18h


Exposition à Analix Forever, 2 Rue de Hesse, Genève

Jusqu’au 3 octobre
Avec de nouvelles sculptures des deux artistes

 

 

En cette nouvelle rentrée 2015, Analix Forever présente le travail de deux sculptrices : Rachel Labastie et Maro Michalakakos.
Dans un duo – duel qui inaugure une série d’expositions en duos : suivront Julien Serve et Frank Smith ; puis Emmanuel Régent et Said Baalbaki ; puis Pascal Berthoud et Danni Hindle…

Et dans un duel, en réalité, chacune avec elle-même. Duel avec la matière, d’abord. Rachel Labastie, avec la terre. Maro Michalakakos, avec la Méditerrannée. Duel avec leur âme et leur propre violence. Violence charnelle pour Rachel Labastie, qui se consume au mieux au contact de la terre. Violence assassine pour Maro Michalakakos, qui s’exprime au mieux avec le scalpel, son instrument favori.

La matière terre. J’ai longuement observé Rachel Labastie malaxer la terre crue, au Centre d’Art contemporain du Château des Adhémar, alors que nous montions l’exposition « La Belle échappée ». Fascinant rapport à la matière, jusqu’à la contraindre de prendre la forme désirée, d’exprimer les replis profond du désir de l’artiste, tout en jouissant intensément de ses résistances productives.

La « matière méditerrannée », matière liquide et symbolique, Maro Michalakakos l’a abordée de différentes manières, mais la plus convaincante est indubitablement le velours. Le velours, matière douce au toucher mais lourde au porter, épaisse, chaude, qui recouvre tout de sa beauté et de son poids, inséparables l’un de l’autre, comme la culture méditerranéenne, sa beauté et son poids, immémoriels, liés.

Et l’âme sensuelle de Rachel Labastie inspira à Maro Michalakakos, pour la première fois, l’idée du bleu. Yves Klein encore : « … mon entrée dans l’époque Bleue. Par le Bleu, la grande COULEUR, je cerne de plus en plus l’indéfinissable. C’est alors que je décide de présenter…» mon premier velours bleu chez Analix Forever.

Et l’âme guerrière de Maro Michalakakos inspira à Rachel Labastie la possibilité d’une « sortie par le haut » : l’idée de l’échelle. « Une échelle d’argile qui semble jaillir du sol, dit l’artiste. Le matériau transitoire que j’ai lentement mis au point ne sèche ni ne durcit. La sculpture est ainsi comme en train de se faire. Cette sculpture pareille à une prière cherche à s’extraire de la terre vers le ciel. »

 

Duo – Duel + Janet Biggs
Projection en extérieur, dans le cadre de l’exposition, de la vidéo Solipsism Syndrome.
Le film de Biggs, qui s’ouvre sur un long plan fixe de l’horizon bleuté du grand Nord, fait référence à l’individualité de la perception. Pas de narration dans cette vidéo, mais des sensations, angoissantes parfois, dans des profondeurs à prédominance perse. L’artiste américaine nous révèle un autre duo, aussi magnifique qu’incongru, l’ours et la nageuse : le spectateur est pris par la scène, par l’aspect sculptural des corps, jusqu’à ce que la caméra remonte hors de l’eau, vers la solitude et un calme apparent.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s