Aller au contenu principal

Anne-Marie Imhoof, dite AMI, aquarelliste de génie

avril 22, 2020


« À la maison, je travaillais. La maison, les pensionnaires, les enfants, la peinture. J’ai tellement travaillé. Les enfants, les pensionnaires, la maison, les bêtes, le jardin. Et ma peinture. »

« Je ne voulais pas entrer dans une école ni dans un groupe. Le groupe, j’en avais assez eu dans mon enfance, la famille, que j’ai toujours un peu fuie d’ailleurs – sauf mon père. Je voulais être seule avec moi-même et expérimenter. Je prenais mon vélo et j’allais peindre dans la nature, seule. La nature – et la nature morte – still Leben – la vie tranquille – on a le temps d’y travailler. Certes, je regardais des livres et me laissais inspirer par certains – Bonnard, Munch – mais fondamentalement, j’ai été une self-made woman. Ni maître ni ambition : peindre a toujours été un besoin, un travail – pas une ambition. Mais j’avais du talent, les choses me coulaient des doigts, cela allait vite. Je faisais beaucoup de portraits. Des portraits, comme des histoires, à la découverte de leurs héros. »

« Le plus important dans ma vie, ce sont mes yeux. Regarder, voir. Et dire qu’ils sont toujours fonctionnels, mes yeux : un cadeau. Aujourd’hui encore, je regarde les gens, je vois tout, quelle richesse, et quelle fatigue aussi : je vois et je vois et je découvre toujours de nouvelles choses. Et quand je suis fatiguée et que je n’ai pas le courage de me mettre à peindre, alors tu sais quoi ? Je me mets à peindre. Je ne peux ni ne veux m’arrêter. Je ne veux pas me reposer, cela me fatigue, cette idée de me reposer. Mais je dois faire encore quelque chose de nouveau, je dois encore avoir des idées, travailler, peindre… C’est aussi sensuel aujourd’hui que dans ma plus grand jeunesse, l’odeur de la peinture, la spatule, la palette, les mélanges, les nouvelles couleurs jamais inventées auparavant, la toile, molle ; le bois, dur ; le pavatex entre les deux ; le papier de l’aquarelle, la plume légère… toutes ces expériences, à chaque fois renouvelées. Je ne veux pas m’arrêter. »
 

 
« Ma peinture n’a jamais été vraiment reconnue. J’aurais désiré une vraie reconnaissance, de quelqu’un d’important. Quand quelqu’un comme Denis de Rougemont se disait stupéfait et trouvait mes tableaux magnifiques, ce qui est arrivé souvent, ou qu’un inconnu m’achetait des toiles, cela me faisait beaucoup de bien. Vers quarante ans, j’ai eu ma première exposition. Mais là encore, la reconnaissance a manqué. J’aurais aimé que quelqu’un écrive sur mon travail. Aujourd’hui, je me tiens à distance de ce désir, mais j’en ai goûté longtemps toute l’importance. »

« Je suis un enfant du bonheur, depuis toujours. Il pleut si fort dans la cour, dehors. Et ici, le feu de cheminée. J’aime être là, dans mon atelier, avec la pluie et le feu, les livres et la musique, mon chevalet et mes rêves, ma palette et mes pinceaux. C’est magnifique, de pouvoir continuer à peindre. »

Extraits tirés de Barbara Polla, À toi bien sûr, Lausanne : L’Age d’Homme, 2008

Découvrez ici une sélection des aquarelles d’AMI, et appréciez la joie d’en posséder ou d’en offrir une (ou plusieurs) : AMI – Présentation
Pour toute information merci de contacter barbara.s.polla(@)gmail.com / +41 79 200 90 36
 


 
L’atelier de peinture d’Anne-Marie Imhoof, dite AMI, est devenu l’Atelier AMI, une résidence d’artiste.

Le prochain artiste en résidence sera Abdul Rahman Katanani (mai-juin 2020)

Résident.e.s précédent.e.s
Curtis Santiago
Thaïva Ouaki
Céline Cadaureille
Mimiko Türkkan

Publicité
One Comment leave one →
  1. avril 22, 2020 5:01

    Le texte est extrêmement touchant.
    Les aquarelles sont si douces et délicates, gorgées de printemps.
    Merci pour cette belle découverte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :