Skip to content

FERNANDO PRATS

septembre 9, 2014

VUELO & SOBREVUELO – VOL & SURVOL

Opening: Tuesday, September 16, 6pm

 

 

Fernando Prats, entre performance et peinture, montre, esthétise et exalte le travail des éléments. Utilisant un « fumoir », il noircit de fumée charbonneuse des papiers de taille diverse qui vont servir de toiles. Prats laisse ensuite la nature peindre pour lui. Il dispose ses papiers enfumés dans un coin de paysage, les aléas de la météorologie locale et les spécificités du site – côte océanique, zone désertique ou de tremblement de terre… – se chargeant de faire le reste. Le papier devient l’empreinte de la nature sans cesse en mouvement, d’une vie autre. Cette vie est celle des oiseaux aussi : dans son atelier, Prats construit des cages, et ce sont alors canaris, colombes et autres inséparables qui deviennent les assistants du maître. Guidant les oiseaux de ses propres mains, avec eux enfermé dans la cage, Prats efface la fumée dont il a préalablement recouvert ses papiers ou ses toiles et l’empreinte des ailes des oiseaux révèle alors des formes insoupçonnées. Dans la continuité d’un Yves Klein, « voleur de corps », Prats « vole » les battements d’ailes de ses assistants-oiseaux et les transforme en autant de pinceaux mobiles, des pinceaux plus habiles et légers, plus innocents et révélateurs que ne seraient les siens propres. Fernando Prats fait de la nature son auxiliaire et la peinture se redécouvre, encore et à nouveau.

Pour cette première exposition personnelle en Suisse, Fernando Prats, qui a représenté le Chili à la Biennale de Venise en 2011 avec “GRAN SUR”, s’est intéressé aux lignes de Nazca, au sud du Pérou, qu’il a récemment survolées avec la plus grande attention, fasciné par ces dessins réalisés par les hommes sur la superficie de la terre elle-même, il y a de cela 2000 ans peut-être. Condors, colibris, araignées, singes, mais aussi figures géométriques, spirales, trapèzes, triangles… offrent un espace de réflexion inexploré où se rejoignent, dans l’esprit et les œuvres de Fernando Prats, ces dessins comme remontés d’un temps révolu, et le dessin contemporain, celui que l’artiste est en train de faire. Les oiseaux sont omniprésents.

Galerie Analix Forever, 2 rue de Hesse, 1204 Genève

Exposition du 17 septembre au 22 octobre.

En parallèle, d’autres œuvres de Fernando Prats sont également présentées à Paris, dans l’exposition “L’Oiseau Volé”, dont le commissaire invité est Paul Ardenne (Analix Forever & Galerie Vanessa Quang).

Pour plus d’information, merci de consulter https://analixforever.wordpress.com ou email à analix@forever-beauty.com

En collaboration avec la Galerie Joan Prats, Barcelone.

***

Moving between performance and painting, Fernando Prats shows, aestheticises and exalts the work of the elements. Using a “smoke machine,” he blackens with charcoal smoke pieces of paper in various formats. These will be the canvases on which he then lets nature do the painting. He places his smoked paper in some outdoor location, and its local meteorology and specificities – oceanic, desert, earthquake – does the rest. Paper retains the imprint of permanently moving nature, of another kind of life. This life can also be the life of birds: in his studio, Prats builds cages, and canaries, doves and other inseparables now become the master’s assistants. Guiding the birds with his own hands, in the cage with them, Prats erases the smoke with which he has previously covered his paper or canvas, leaving the extraordinary shapes made by the wings. Following on from Yves Klein, “the stealer of bodies,” Prats “steals” the wing beats of his avian assistants and transforms them into so many mobile brushes, brushes that are lighter and cleverer, more innocent and revealing than his own could be. Prats makes nature his auxiliary so that painting can be rediscovered, again and again.

For this first solo show in Switzerland, Fernando Prats, who with “GRAN SUR” represented Chili at the Venice Biennial in 2011, investigated the “Nazca lines”, south of Peru. He recently flew over Nazca, observing with the greatest attention and fascination those drawings designed by men of the surface of earth, probably as far back in time as 2000 years ago. Condors, hummingbirds, spiders, monkeys, as well as geometrical figures, spirals, trapeziums, triangles… offer a novel space where, in Prats’ mind and works, these “earth drawings”, coming back from remote times, get together with his very own, contemporary drawings. Birds are everywhere.

Galerie Analix Forever, 2 rue de Hesse, 1204 Geneva

Exhibition form September 17 until October 22nd.

In parallel, Fernando Prats work is also shown in Paris, in the group show “The Stolen Bird / The Bird has Flown”, curated by Paul Ardenne (Analix Forever & Galerie Vanessa Quang).

For more information please visit https://analixforever.wordpress.com or email analix@forever-beauty.com

In collaboration with Gallery Joan Prats, Barcelona.

This email was sent to *|EMAIL|*

why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences

*|LIST:ADDRESSLINE|*

 

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s