Skip to content

Invitation – Le sens de la peine @La Terrasse : espace d’art de Nanterre

février 4, 2016

Vernissage de l’exposition demain, vendredi 5 février de 18h à 21h

@La Terrasse : espace d’art de Nanterre. Face au 4 boulevard de Pesaro – 92000 Nanterre

Capture d’écran 2016-02-04 à 14.22.46

Pour accéder au pdf du livret visiteur, cliquer ici.

 

Le Sens de la Peine : un art de résistance

février 2, 2016

artpress-logo « Résister aux dictatures par les armes ou par l’art est essentiel pour tenter l’aventure des libertés et de la démocratie.

L’art est résistance. Résistance aux extrémismes, résistance à une vie réifiée, organisée par d’autres. Résistance à l’oppression des médias, au temps de nos vies qui se raccourcit inéluctablement.

Que reste-t-il aujourd’hui des protagonistes et des discours politiques de la guerre d’Espagne, de ses morts, de ses passions, de ses résistances ? Il reste Guernica.

Pablo Picasso le disait ainsi : « La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre offensive et défensive contre l’ennemi ».

Rachel Labastie crée des résistances plastiques aux contraintes sécuritaires qui sont imposées. C’est un point de vue politique, non pas seulement une œuvre pour un projet entre professionnels de l’art, mais une affirmation, une force visible active et compréhensible par tout un chacun. Depuis ses débuts, son passage par le salon Jeune Création, ses projets dans les centres d’art et, en ce début d’année, dans l’espace d’art contemporain La Terrasse, Rachel Labastie se situe au plus près des matériaux difficiles à travailler, de ceux qui demandent un savoir-faire, une expérience. Ce n’est pas le genre d’artiste à faire réaliser ses pièces par des petites mains talentueuses, elle a gardé le sens du travail manuel qui fut aussi celui d’une partie de sa famille : des gens du voyage, des fabricants de paniers, de hottes, d’objets divers en osier, c’est dire si elle intervient à propos dans sa défense des libertés.

Dans l’exposition proposée par Sandrine Moreau et Barbara Polla à Nanterre : le Sens de la peine, Rachel Labastie présente deux réalisations : les Cerveaux et Entrave collective. »

Capture d’écran 2016-02-02 à 13.39.39

Pour lire la suite de l’article – Rachel Labastie : un art de résistance – par Laurent Quénéhen paru dans artpress, cliquer ici.

Et pour en savoir plus sur l’exposition le Sens de la Peine, cliquez ici et ici.

Walking in the flowers everywhere

janvier 28, 2016

Capture d’écran 2016-01-28 à 11.59.32

Walking in the Flowers sur :

Capture d’écran 2016-01-28 à 11.43.32

 

 

Capture d’écran 2016-01-28 à 12.12.51

 

 

Capture d’écran 2016-01-28 à 12.11.03

 

 

Eventsss Genève

All Events Genève

Glowbi 

Hey Event

Vernissage ce soir à la galerie Analix Forever, 2 rue de Hesse, de 18h à 22h

Pour plus d’informations, cliquer ici.

Analix Forever, carnet rose

janvier 27, 2016
Walking in the flowers : Oceane’s First steps
Capture d’écran 2016-01-27 à 21.08.21

Premier vernissage de l’année à Analix Forever. Champagne !

janvier 25, 2016

Capture d’écran 2016-01-25 à 19.59.09

Pascal Berthoud expose pour la troisième fois en solo/duo à Analix Forever. Mais depuis la dernière exposition, le travail a pris une tournure radicalement nouvelle, que l’on pourrait qualifier de romantisme contemporain. L’artiste utilise ses propres images mentales telles des empreintes, que l’on retrouvera, sur ses immenses dessins et ses sculptures, en couches multiples, en « collages » : il ajoute, enlève, ajoute à nouveau, pour arriver à des dessins qui semblent en relief et des sculptures peintes, sensuelles, corporelles. La forme et la couleur sont traitées d’un même geste, et se détachent sur un environnement à la fois lointain et à portée du regard, un environnement dans lequel le regard, certes, mais aussi le corps tout entier du spectateur, sont pris, captivés, immergés. Walking in the flowers.

Dans la suite de la série DUO-DUEL, la jeune photographe Danni Orci, présente sa première exposition solo/duo à Analix Forever. L’artiste cherche à nous faire voir notre environnement tel qu’il est en réalité dans notre regard, quand bien même nous oublions de regarder. Construction et déconstruction, superposition d’images multiples, angles de vue pluriels, la photographie de Danni Orci dissimule dans ses couches superposées des éléments de l’image pour en révéler d’autres, que le spectateur n’aurait pas saisis sans l’objectif de l’artiste. Ainsi ce pied dans l’escalier, Walking in the flowers. Danni Orci module nos perceptions de la réalité, de la réalité des corps notamment, qui deviennent des sculptures à l’état de rêve, rejoignant, presque sans le savoir, le travail de superposition très physique de Pascal Berthoud.

Pour en savoir plus sur Pascal Berthoud, cliquez ici

Pour en savoir plus sur Danni Orci, cliquez ici

 

APPEL A RESIDENCE

janvier 22, 2016

application casa del arte janvTo know more, click here.

 

« Les artistes sont les meurtriers de la mort »

Pascal Quignard

Hommage à Leila Alaoui

janvier 19, 2016

Leila Alaoui est morte hier soir.

Son travail vit pour elle, témoin de beauté, d’engagement, de respect.

Que le soleil qu’elle était continue d’illuminer le monde.

Nos larmes se joignent à celles de sa famille et de qui partageait sa vie.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 687 autres abonnés